We’ re On Instagram:
Image Alt

By Sue-Sue

Masqué ou démasqué

Masqué ou démasqué. Who made my mask ?

 

Masqué ou démasqué

 

« Des brigades seront mises en place pour effectuer des contrôles chez les producteurs de masques. »

Masqué ou démasqué. Who made my mask ? 

On se croirait en période de prohibition !

1920 à 1933 : la vente, la production, l’importation et le transport d’alcool étaient interdits.

2020 : la vente, la production de masques en tissus sont « interdits ».

 

Au début de la pandémie COVID-19

Depuis plusieurs semaines les couturières, costumières, stylistes, professionnelles, passionnées et bénévoles s’affairent à confectionner des masques, des blouses, des sur-blouses, des calots.

Mais voilà, ce sont les abus de demandes de bénévolat, de don de matériel qui sont la conséquence et à l’origine de mouvements comme : Stop Free Work, Bas les masques ou bien encore Stop Masqu’arade …

Autrement dit il y a de la rébellion dans l’air ! 

C’est alors que moult articles fleurissent sur les blog. On ressent facilement l’agacement, le désarroi, la colère de ces femmes et de ces hommes (majorité féminine à 95%).

Lors de mon article sur le sujet : Masques en tissu. Quel est le prix de vente acceptable ?  j’avais bien conscience qu’il faudrait faire face aux critiques et aux éternels mécontents … Cela fait froid dans le dos de voir comment notre métier est considéré !

On reste alors assez perplexe et cela laisse même présager un dérapage, mais où ? Quand ? Comment ? Qui ?

 » Solidarité ne rime pas avec Bénévolat – Bénévolat ne rime pas avec Solidarité « 

 

Le dérapage : abandonnons les couturières !

Nous sommes le Week-end du 1er Mai : Fête du Travail. Une journée de printemps plutôt fraîche, un peu grisâtre. C’est en ce jour de la fête du travail que nous découvrons que nous sommes abandonnées.

Vous avez bien bossé, vous vous êtes bien investies, mais après avoir rendu de bons et loyaux services il est temps maintenant de prononcer le Divorce. Nous pouvons résumer cela en un seul mot : La Trahison !

La nouvelle règle c’est « l’obligation de faire tester ses maques ». Très bonne idée, ceci étant le prix limite l’accès ! En conclusion, les plus petits restent devant la porte.

Par contre tout cela reste toutefois très flou c’est flou pour les créateurs. Quel est clairement le champ d’action ? Qu’avons-nous le droit de faire et de ne pas faire ? Pouvons-nous fournir le « tout venant » ? CLic, clic, clic : Tests des masques barrière

 

Masqué ou démasqué. Who made my mask ?

 

Comment répondre aux demandes ?

Pour ma par la semaine dernière, des échantillons sont partis en direction de l’IFTH avec le document en date du 1er avril  – donc je serais avisée très vite si la note sera de 1110€ ou pas. Patientons et nous réfléchirons sur la marche à suivre.

En résumé, un indépendant peut difficilement faire tester ses masques mais il a l’autorisation de continuer à produire bénévolement. Egalement, il à la possibilité de vendre au public mais par contre il ne peut pas continuer à produire et vendre à des professionnels sous peine de contrôles.

Quand une partie de ta production est destinée à des professionnels qui jouent le jeu … c’est rageant ! 

Bref le Capitaine abandonne les moussaillons sur le navire et bien entendu sans bouée de sauvetage ! 

  • Façon officielle de nous faire comprendre que nous n’aurons plus le droit de vendre ?
  • Est-ce là la reconnaissance que nous méritons ?
  • En résumé c’est le prix à payer pour les heures de bénévolat ?
  • Ou bien encore le prix à payer pour notre solidarité ?
  • Est-ce tout ce que nous valons à vos yeux ? 

Bien évidemment que la fabrication doit être encadrée, c’est même indispensable afin d’éviter et de limiter les dérives. Sur ce sujet tout le monde tend à être d’accord.

Alors, dites moi pourquoi ne pas nous inclure « dans le jeu de l’offre et de la demande » , pourquoi ne pouvons-nous pas continuer d’œuvrer,  pourquoi nous expulser ? 

 

Who made my masques ?

Masqué ou démasqué. Who made my mask ?Certes il y aura bien une Fabrication française sauf que la plupart de ces masques seront produits à l’etranger. Bien entendu dans des conditions de travail déplorables et de surcroît avec une faible rémunération … alors qu’ici nous avons des professionnels, des ateliers, du matériel. 

 … Et nous alors ? Notre savoir-faire qu’en faites-vous ? …

Néanmoins et info sous réserve : la matière utilisée sera majoritairement du polyester. C’est une fibre qui rétrécit facilement avec les lavages successifs – et au final – ces masques seront imperméables, il vous faudra les jeter, en acheter des nouveaux et ce plus que de raison.

Pourquoi le coton n’est il pas privilégié ? Vous avez 4 heures : thèse, antithèse, synthèse, hypothèses.

Il n’est pas simple de récupérer un peu d’humour au milieu de tout cela !

A bien considérer les choses, cette crise ne doit-elle pas nous donner des leçons pour demain, nous apprendre la protection et le respect de l’environnement, la protection et le respect de l’Etre Humain ?  

Protection et respect

 

L’urgence : ouverture des merceries et magasins de tissus !

Hier les masques en tissus étaient moqués et il semblerait que aujourd’hui ils soient LE nouveau diamant rare !

Or si notre travail est si peu utile, si nos productions ont si peu de sens : alors pourquoi exiger la réouverture en trombe des magasins de tissu et des merceries ?

Autrement dit,  les enseignes ont à peine 24 heures pour mettre en place des protocoles, réfléchir à comment aménager et protéger salariées et clientes, mettre en place de nouveaux horaires, recruter du personnel pour palier à l’absence de celles et ceux qui ne pourront venir.

En définitive des milliers de personnes agglutinées dans des zones à risques, à faire la queue pendant de heures, pour du tissu, du fil et de l’élastique …

Pourquoi ouvrir les vannes d’entrée et fermer celles de la sortie ?!

Tout cela n’a pas de sens voyons !

 

Qu’en est-il de ma production ? 

 

Masque barrière EnfantJe continue à proposer des masques barrières « non homologués et non testés » au public car après lecture des documents ce n’est pas interdit (sous réserve de désinformation).

Quoi qu’il en soit pour les professionnels je ne manquerais pas de vous tenir informés. J’ai toujours jouer la carte de la transparence et pas de changement en vue de ce côté là.

 » Trois carrés de tissus de coton et de l’élastique ou des liens ». 

 

Soutenez-nous comme vous soutenez tous ces professionnels qui œuvrent depuis le début pour que nous puissions avoir un semblant de vie normal.

 

Bon dimanche de réflexion et de rébellion 

Prenez bien soin de vous et de vos proches ! 

Don't have an account?

Register

You don't have permission to register